(23 avril 2010 – 10 mars 2012)

David Altmejd (1974, Montréal) finissait voici trois ans une série de six sculptures monumentales composées de miroirs. Pensés comme des colosses d’inspiration classique, ces géants ont été exposés pour la première fois lors de l’ouverture du Denver Museum of Contemporary Art. Acquis par la Vanhaerents Art Collection après cette exposition, ils ont été montrés au Magasin de Grenoble et aux Abattoirs à Toulouse en 2009.

Pour leur auteur, les six géants constituent autant d’entités architecturales. Dans son travail précédent, David Altmejd réalise des installations hyper-complexes composées d’espaces, recoins, passages et escaliers. Ces “structures architecturales” ne sont pas organisées de façon logique. Elles semblent avoir poussé sous cet aspect, à la manière de corps ou d’organismes. Avec le temps, ce concept d’ “architecture corporelle” s’est transformé en celui de “corps architectural”. C’est ainsi qu’est né le Géant. Une forme humaine se voit dotée d’espaces, d’escaliers placés au sein d’orifices, comme dans un bâtiment. Le géant étant devenu une construction, il peut abriter de petits animaux.

Le miroir a d’abord été utilisé par David Altmejd en tant que partie de ses installations architecturales. Comme un périscope, il lui permettait de révéler certains objets cachés. Par la suite, le miroir a connu une évolution et s’est mué en élément formel majeur. Altmejd a souvent utilisé dans son oeuvre des cristaux, suggérant un processus de transformation. Le miroir a été introduit en tant qu’alternative à ces cristaux. La figure du géant n’est pas nouvelle dans l’oeuvre d’Altmejd mais c’est la première fois que des colosses se voient complètement recouverts de miroirs. Les fissures et les trous dans les surfaces rappellent le goût de l’artiste pour l’imperfection. Les géants sont toujours abstraits, réalistes et construits. Le sens de l’improvisation qui se retrouve dans ces constructions évoque la vie, la croissance et la transformation.

Les cristaux, la transformation, le suspense, l’énergie : ces concepts constituent des éléments récurrents dans l’oeuvre d’Altmejd et rappellent le film de Jim Henson The Dark Crystal (1982), dont l’intrigue prend place dans “un autre monde, un autre temps, … à l’âge du miracle”. Cet autre monde mystérieux revit ici. L’élément obscur dans l’oevre d’Altmejd (le loup-garou, la décapitation, les corps décomposés…) a engendré l’appellation de “gothique moderne”. Avant de devenir artiste, Altmejd envisageait de devenir biologiste évolutionnaire. C’est peut-être pour cela qu’il ne cesse de créer ces symbioses remarquables entre architecture et biologie.

Un dialogue avec l’artiste a permis à Walter Vanhaerents de concevoir une mise en scène originale pour les six oeuvres individuelles. Les géants sont montrés dans un espace composé d’un mur de miroirs et d’un mur noir. Les murs semblent ainsi disparaître. L’effet de miroir à l’infini déconstruit l’espace physique. Le visiteur découvre une mise en scène troublante dans laquelle l’espace n’est plus ce qu’il semble être. L’échiquier au sol est une référence au célèbre artiste français Marcel Duchamp, créateur du fameux urinoir et ardent joueur d’échecs. Son œuvre comporte des messages codés dont la compréhension est réservée aux joueurs d’échecs aguerris. Les géants deviennent ici des joueurs placés sur un échiquier réfléchi à l’infini, des êtres extraordinaires, peut être même extraterrestres, qui nous visitent depuis “l’âge du miracle”.

Els Fiers – journaliste et critique d’art

 

 

Download as PDF – 56KB

L’Astronome – 2007
Bois, miroir, colle
466,1 × 193 × 137,2 cm

Le Chasseur – 2007
Bois, miroir, argile époxy, crin de cheval
383,5 × 125,7 × 104,1 cm

Le Mineur – 2007
Bois, miroir, argile époxy, peinture
375,9 × 137,2 × 101,6 cm

Le Penseur – 2007
Bois, miroir, colle
309,9 × 91,4 × 91,4 cm

L’Architecte – 2007
Bois, miroir, colle
442 × 121,9 × 76,2 cm

Le Docteur – 2007
Bois, miroir, peinture, colle
452,1 × 416,6 × 340,4 cm

Download image – 3,4MB

© image
David Altmejd Magasin
Ilmari Kalkkinen